L'Orient - Le Jour du tac au tac

En direct de Gaza, les femmes palestiniennes s’expriment grâce à leurs blogs | 28 janvier 2008

A un large public, celui du monde entier, les femmes palestiniennes abordent leurs problèmes sans détours

De Gaza, des femmes palestiniennes parlent de leur quotidien, à travers des blogs gratuits. Qu’elles soient journalistes, étudiantes, médecins ou mères au foyer, elles n’ont qu’un leitmotiv : témoigner de leurs conditions de vie et créer ainsi un lien avec le monde.

Leïla est journaliste et vit à Gaza City. Son mari, réfugié palestinien, habite aux Etats-Unis. Au travers de sa page Internet, elle fait part de la difficulté d’élever un enfant entre deux mondes qui, sans s’ignorer, ne se connaissent pas.
Les écrits de Leïla sont variés : elle parle tantôt de la difficulté de se nourrir (« un kilo de viande à ragoût se vend 13 dollars alors que le revenu journalier moyen de la majorité des habitants est inférieur à 2 dollars »). Une autre fois, le ton se fait plus personnel. Elle s’excuse de ne pas avoir présenté ses vœux de fin d’année aux lecteurs du blog, ayant donné naissance quelques jours auparavant à une petite Nour. Qu’elle s’indigne ou se fâche, Leïla aborde toujours sans détours son expérience de femme, partagée entre deux pays et deux cultures. Dans son blog (« A mother from Gaza »), elle présente son « histoire » comme celle où le « personnel devient politique ».

Son blog met aussi en avant des parcours de femmes qui ont choisi, comme elle, de s’exprimer par le biais d’Internet. C’est le cas de Yasmine, qui dresse les biographies de femmes qu’elle a côtoyées et qui revient aussi sur les événements qu’elle trouve choquants. Le 27 novembre 2007 par exemple, à 2h du matin, l’armée israélienne a arraché des champs entiers d’oliviers dans la bande de Gaza. Dans son article, Yasmine considère qu’il s’agit de la « négation d’une présence et d’une génération. Les oliviers sont immortels car, après 200 ans, ils replantent leurs racines dans le sol, et n’arrêtent jamais de pousser. Selon elle, les forces d’occupations israéliennes enlèvent les racines de ces arbres, laissant ainsi une terre vide ».

Ces récits constituent avant tout un formidable témoignage des conditions de vie des femmes palestiniennes, en nous montrant quelles sont leurs préoccupations. Il s’agit d’un autre regard que celui de la presse, un regard vivant, de l’intérieur.
Mona, par exemple, préfère se pencher sur les violations des droits des femmes qu’elle a eu l’occasion de noter. Lucy, dans son blog « Palestinian Princess », présente quant à elle des extraits d’ouvrages qu’elle a aimés, et déclare aussi son amour pour… « La mode, le maquillage et le shopping ». La voisine de Leïla, Heba, ne cesse de questionner ce monde dans lequel, selon elle, l’absurde devient chose courante. Elle se demande également, si « après la pluie vient le beau temps ». Peut-elle « espérer que quelque chose se produira au niveau national, quand ce genre d’espoir a si peu de chances de se concrétiser ? » A ceux qui lui souhaitent la bonne année, Heba répond : « vous ne pouvez pas nous blâmer de ne pas avoir de grands espoirs pour la nouvelle année ».

Du fait des difficultés qu’elles doivent affronter, les femmes de Gaza sont souvent découragées. Mais grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, ces femmes palestiniennes, qu’elles viennent de Gaza ou de Cisjordanie, découvrent leur misère commune : attente aux postes de contrôle, solitude, isolement. Dans un de ses messages, Heba conclut ainsi : « Dieu nous a dotées de cette capacité de partager nos mauvaises expériences pour que nous sachions que nous ne sommes pas seules dans ce monde. » Ce qui lui permet de dire qu’« en tant qu’êtres humains, nous vivons d’espoir, et même à nos plus noirs moments, l’espoir est notre seule porte de sortie ». Communiquer devient ainsi porteur de foi en l’avenir.

Clémentine LAVAIL

Leïla : http:// a-mother-from-gaza.blogspot.com
Yasmine : http:// gazagardens.blogspot.com
Mona : http:// fromgaza.blogspot.com
Lucy : http:// palestinianprincess.blogspot.com
Heba : http:// contemplating-from-gaza.blogspot.com


Laisser un commentaire »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

About author

En créant ce blog, L'Orient Le Jour entend donner aux jeunes Libanais la possibilité de s'exprimer pour qu'ils forment une communauté vivante, par-delà les différences. Car être citoyen, c'est être actif. La jeunesse libanaise a le droit et le devoir de féliciter et de critiquer ses semblables. Par leur sens critique, les jeunes ont la possibilité de jeter les fondations du Liban de demain, pour que le progrès ne soit pas qu' "un beau rève", comme l'imaginait Samir Kassir. La jeunesse, par l'interm�diaire du blog L'Orient Le Jour, dispose ainsi d'un moyen propre à la discussion sur les sujets de l'actualité libanaise ou, plus généralement, sur tout th�me qui lui tient à cour. L'Orient Le Jour devient ainsi accessible aux lecteurs de la jeune génération. Ces derniers pourront interagir avec la rédaction du journal et l'inviter à traiter les sujets qui l'intéressent. Les jeunes disposent par-là, de l'opportunité de contribuer à l'élaboration du quotidien et de briser le mur qui les sépare. Les jeunes pourront ainsi : - Poster leurs articles sur le blog L'Orient Le Jour - Envoyer leurs photos pour les mettre en ligne D'autre part, seront organisés : - Des débats hebdomadaires dont le thème sera diffusé sur le site Internet du journal Veuillez envoyer vos articles, photos et commentaires à : lorientlejour@gmail.com Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue sur votre page...

Recherche

Navigation

Catégories :

Links:

Archives:

Feeds

%d blogueurs aiment cette page :