L'Orient - Le Jour du tac au tac

L’or syrien jusqu’au dernier carat | 28 mars 2008

clip_image002.jpg

Après des décennies de non-dit, le Liban vient à résipiscence et ose enfin proclamer son désir incoercible de se séparer du frère siamois qui s’obstine à vouloir lui pomper la sève jusqu’à la fin des temps. Calmement et solennellement, le Liban ose enfin affirmer son rejet de la dictature dont il a subi les sévices pendant près de trente ans. Il ose enfin dire à son geôlier, en le regardant droit dans les yeux, que ni l’intimidation, ni les assassinats ne pourront plus éteindre la flamme qui a embrasé le cœur des Libanais. La séparation est inéluctable et plus rien ni personne ne pourra plus en empêcher l’échéance. Trois ans après son éviction forcée du Liban, La dictature syrienne n’arrive toujours pas à faire son deuil de la « tutelle » qui lui a été gracieusement octroyée par les Grandes Puissances. Peu importe si ces dernières ont pendant longtemps fermé l’œil sur la brutalité avec laquelle elle gérait sa chasse gardée, leurs intérêts de l’époque étaient ailleurs. Loin de profiter des multiples ouvertures qui lui ont été faites, elle continue à s’enfoncer avec une belle obstination dans une politique sans lendemain, fermement persuadée que les « cartes » dont elle dispose sur le terrain finiront par faire plier un jour tous ses adversaires réunis. D’aucuns pourraient arguer que cette fuite en avant est la seule option qui lui reste pour inverser le cours des évènements et empêcher la tenue du Tribunal international. Or, en continuant à jouer le trublion au Liban ou ailleurs, non seulement le régime syrien en accélère la tenue, mais il détruit les dernières chances d’un compromis « à la libyenne » qui pourrait lui être proposé. Pire, en persévérant dans la même voie, il se forge surtout une figure de paria dont l’élimination deviendra chaque jour davantage une nécessité de salubrité arabe et internationale. Aujourd’hui, l’étau se resserre un cran de plus. Les Arabes osent enfin à leur tour briser le non-dit et contrairement à une coutume ancrée dans leur imaginaire oiseux et qui les faisaient s’accrocher coûte que coûte à une « solidarité » de façade, ils se délectent aujourd’hui à étaler au grand jour leur différend avec le paria qui croyait pouvoir les terroriser en toute impunité. Mais, c’est bien la gifle libanaise que l’amphitryon syrien ne peut pas supporter. Le boycott par le gouvernement libanais du sommet de Damas l’a touché de plein fouet. La nervosité était nettement perceptible sur le visage essoufflé de Walid Moallem dont la graisseuse majesté n’a rien trouvé de mieux pour contrer l’insolence libanaise que d’affirmer que « les absents n’ont pas voix au chapitre » (sic) ! Le poussah syrien ne se rend même pas compte de son insignifiance et contrairement à ce qu’il a l’air de croire, ce n’est pas « une occasion en or » que le Liban perd en boycottant le sommet, mais c’est tout simplement le collier de serrage qui le maintenait enchaîné depuis son indépendance.

Bechir Oubary

http://heuristiques.blogspot.com/


Un commentaire »

  1. Le problème est que ce ne sont que les libanais qui vont payer le prix (leurs vies) de leur insolence et de celle des arabes . Je ne vois aucune solution en vue , surtout a long terme , avec le baath syrien . Je pense que la seule issue , puisque ces gens-la ne negocient ni en position de force ni en position de faiblesse , est le meme sort qu’a subi le baath irakien : l’annihilation .

    Commentaire par Tobi Wan Kenobi — 28 mars 2008 @ 8:15


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

About author

En créant ce blog, L'Orient Le Jour entend donner aux jeunes Libanais la possibilité de s'exprimer pour qu'ils forment une communauté vivante, par-delà les différences. Car être citoyen, c'est être actif. La jeunesse libanaise a le droit et le devoir de féliciter et de critiquer ses semblables. Par leur sens critique, les jeunes ont la possibilité de jeter les fondations du Liban de demain, pour que le progrès ne soit pas qu' "un beau rève", comme l'imaginait Samir Kassir. La jeunesse, par l'interm�diaire du blog L'Orient Le Jour, dispose ainsi d'un moyen propre à la discussion sur les sujets de l'actualité libanaise ou, plus généralement, sur tout th�me qui lui tient à cour. L'Orient Le Jour devient ainsi accessible aux lecteurs de la jeune génération. Ces derniers pourront interagir avec la rédaction du journal et l'inviter à traiter les sujets qui l'intéressent. Les jeunes disposent par-là, de l'opportunité de contribuer à l'élaboration du quotidien et de briser le mur qui les sépare. Les jeunes pourront ainsi : - Poster leurs articles sur le blog L'Orient Le Jour - Envoyer leurs photos pour les mettre en ligne D'autre part, seront organisés : - Des débats hebdomadaires dont le thème sera diffusé sur le site Internet du journal Veuillez envoyer vos articles, photos et commentaires à : lorientlejour@gmail.com Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue sur votre page...

Recherche

Navigation

Catégories :

Links:

Archives:

Feeds

%d blogueurs aiment cette page :