L'Orient - Le Jour du tac au tac

Aujourd’hui…

Cet article constitue la suite d’un article posté par un internaute hier, que nous avions appelé : « Impression du jour, par un internaute »

« Aujourd’hui … notre region, le Moyen-Orient, traverse une sorte de trêve globale. La récente tournée du Président Bush (sa dernière dans la region d’ailleurs) a déclenché une suspension temporaire des hostilités entre les acteurs du conflit. Je dis bien temporaire. Cela ne veut pas dire que nous sommes rentres dans une phase de négociation de paix qui soit juste et durable. Loin de la. Mais, en suivant le déroulement des événements depuis l’invasion de l’Iraq en 2004 en passant par les guerres de Gaza et du Liban en 2006 jusqu a la récente « prise de pouvoir » par la force du Hezbollah, on sent que Washington n’a plus assez de moyens de pression pour continuer son projet initial dans la région, celui du Nouvel Moyen Orient.

Aujourd hui … le Président Sarkozy a appele son Homologue Assad pour rendre hommage au rôle de Damas dans la conclusion de l’accord de Doha sur une sortie de crise au Liban. En Israël, Barak demande la démission de Olmert et, du coup, déclenché une sorte de mini-crise interne. La Turquie joue les intermédiaires entre la Syrie et Israël pour un retrait des Tsahal du Golan. On parle de négociations secrètes entre l’Iran et les Etats-Unis au sujet du dossier nucléaire et de l’Iraq.

Donc, un certain changement plane dans les airs. Il nous faut croire en ce changement et travailler pour qu’il devienne realite. Seule une personne en parle: Barack Obama. Sur son site officiel on peut lire:

« I’m asking you to beleive. Not just in my ability to bring real change in Washington … I’m asking you to beleive in yours. »

W. Mazraani


Impression du jour, par un internaute

Inquiétante est la situation aujourd’hui au Liban. Le climat de pseudo-fête qu’on a pu observer a la suite de l’investiture de Sleimane, a été de courte durée.

Dites-moi, il y a t-il vraiment eu de changement après l’accord de Doha? Listons ensemble les grands titres de ces derniers jours:
– Plus que jamais les puissances etrangeres interviennent dans les affaires internes libanaises.
– La tension s’amplifie entre les deux cotes de Corniche el Mazraa.
– Nasrallah, dans son dernier discours, maintient plus que jamais la ligne de résistance du Hezbollah.
– Siniora est rappelé pour former le prochain gouvernement.
– L’armée se déploie de plus en plus dans les ruelles de Beyrouth.
A quoi alors a servi l’accord de Doha? Pourquoi a-t-on accueilli tous ces représentants Arabes et Occidentaux?
La semaine dernière, on risquait une guerre civile sans la présence d’un Président.

Aujourd’hui…

W. Mazraani


Les blogs c’est bien…

28 mai 2008
2 commentaires

Les blogs c’est bien! Les blogs ça permet tout et n’importe quoi, mais surtout du bien. Et beaucoup. Les blogs ça impose le franc-parler. Les blogs ça autorise l’ironie… En témoigne le post intitulé La lumière au bout du tunnel, mis en ligne ce dimanche par un internaute…

Si vous me le permettez maintenant, rions un peu…


Débat : Liban, vers une sortie de crise?

Ce soir ou jamais du lundi 26 mai, sur France 3 qui a porté sur le thème : « Liban, vers une sortie de crise » dont la version intégrale est disponible en vidéo sur le site Internet de l’émission.

Animé par Frédéric Taddéi, ce dernier a réuni sur le plateau plusieurs intervenants, principalement dans le domaine de la culture, dont la liste suit après : Darina Al-Joundi, Bassam Tayara, Salah Stétié, Joseph Bahout, Rayess Bek et Khalil Jhoreige.

Sur le site Internet de Ce soir ou jamais est également présent un forum dont les questions sont les suivantes :

– Le Liban : incompréhensible? Communautés vs identités.

– Deux problèmes au Liban? La laïcité et ses voisins.

– Le Hezbollah. Est-il diabolisé par les médias occidentaux?


Egypt extends ‘state of emergency’

Egypt has extended a controversial decades-old state of emergency by two years from June 1, despite pledges it would be replaced by new legislation.

The state of emergency was imposed in 1981, following the assassination by Islamists of Anwar Sadat, Egypt’s former president.

Parliament passed the law on Monday after a debate following a decision by Hosni Mubarak, Egypt’s president, a parliamentary official said.

It has been repeatedly renewed despite protests from rights groups and regime opponents.

Last year Mufid Shehab, the judicial and parliamentary affairs minister, said the state of emergency would end in 2008, even if the new anti-terror law meant to replace it was not ready.

« The state of emergency has for decades been one of the main causes of human rights violations in Egypt, » Hafez Abu Sada, the Egyptian Organisation for Human Rights, told the AFP news agency.

« The state of emergency is by definition put in place when the country is going though a period of danger such as a war or a natural disaster, which is not the case now, » he said.

Egypt’s authorities have used the state of emergency to suppress political opponents, including the country’s largest opposition movement, [the banned Muslim Brotherhood] whose members sit in parliament as independents.

« We reject the extension of the state of emergency because there is no constitutional justification, » Essam al-Aryan, a Brotherhood political bureau member, told the AFP news agency.

« We have been living under a state of emergency ever since Mubarak came to power. It’s been part of our daily life since the assassination of Sadat despite the fact it’s an emergency law. »

Last year Mufid Shehab, the judicial and parliamentary affairs minister, said the state of emergency would end in 2008, even if the new anti-terror law meant to replace it was not ready.

« The state of emergency has for decades been one of the main causes of human rights violations in Egypt, » Hafez Abu Sada, the Egyptian Organisation for Human Rights, told the AFP news agency.

« The state of emergency is by definition put in place when the country is going though a period of danger such as a war or a natural disaster, which is not the case now, » he said.

Egypt’s authorities have used the state of emergency to suppress political opponents, including the country’s largest opposition movement, [the banned Muslim Brotherhood] whose members sit in parliament as independents.

« We reject the extension of the state of emergency because there is no constitutional justification, » Essam al-Aryan, a Brotherhood political bureau member, told the AFP news agency.

« We have been living under a state of emergency ever since Mubarak came to power. It’s been part of our daily life since the assassination of Sadat despite the fact it’s an emergency law. »

« Nothing any longer justifies the extension of the state of emergency, all the more so as Egypt is experiencing a period of stability, » said the watchdog headed by Boutros Boutros Ghali, Egypt’s foreign minister before becoming UN secretary general in the 1990s.

Earlier this month, two dozen independent human rights groups also called for the emergency to end, saying it contradicts the comprehensive social, economic and political reforms under way in Egypt.

« We call on President Mubarak to keep the promise he made during the (2005) presidential election campaign and abolish the state of emergency, » the rights organisations said in a joint statement to the media.

Source : Al-Jazeera English

bodyVariable350= »Htmlphcontrol1_lblError »;

Page suivante »

About author

En créant ce blog, L'Orient Le Jour entend donner aux jeunes Libanais la possibilité de s'exprimer pour qu'ils forment une communauté vivante, par-delà les différences. Car être citoyen, c'est être actif. La jeunesse libanaise a le droit et le devoir de féliciter et de critiquer ses semblables. Par leur sens critique, les jeunes ont la possibilité de jeter les fondations du Liban de demain, pour que le progrès ne soit pas qu' "un beau rève", comme l'imaginait Samir Kassir. La jeunesse, par l'interm�diaire du blog L'Orient Le Jour, dispose ainsi d'un moyen propre à la discussion sur les sujets de l'actualité libanaise ou, plus généralement, sur tout th�me qui lui tient à cour. L'Orient Le Jour devient ainsi accessible aux lecteurs de la jeune génération. Ces derniers pourront interagir avec la rédaction du journal et l'inviter à traiter les sujets qui l'intéressent. Les jeunes disposent par-là, de l'opportunité de contribuer à l'élaboration du quotidien et de briser le mur qui les sépare. Les jeunes pourront ainsi : - Poster leurs articles sur le blog L'Orient Le Jour - Envoyer leurs photos pour les mettre en ligne D'autre part, seront organisés : - Des débats hebdomadaires dont le thème sera diffusé sur le site Internet du journal Veuillez envoyer vos articles, photos et commentaires à : lorientlejour@gmail.com Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue sur votre page...

Recherche

Navigation

Catégories :

Links:

Archives:

Feeds