L'Orient - Le Jour du tac au tac

Une lettre de trop | 2 juin 2008

Cela a été dit et répété, écrit noir sur blanc, crié sur tous les toits : les Libanais sont malades de leur verbe, se nourrissent, s’empoisonnent de leur verbe. Ils s’y soumettent, s’y livrent sans retenue, et, quand le mal s’installe, quand la parole cède la place à l’acte, quand le verbe devient arme de poing, fusil ou canon, c’est alors l’hallali, la folie collective.
Les guerres commencent toujours par des mots, elles finissent immanquablement par des morts : une lettre de trop, des vies en moins. De février à mars, de mai en juillet, la longue litanie des mois létaux, des souvenirs macabres.
Hier, à couteaux tirés, aujourd’hui, par la grâce de Doha, réconciliés sur un parterre de gardénias. Fallait-il passer de la parole à l’acte pour en arriver là ? Un scénario éculé, maintes fois mis en scène, chaque fois maculé de sang, englué dans des épisodes nauséabonds.
Le péché originel, admettons-le, est dans la non-reconnaissance des erreurs passées, dans le refus de tirer des échecs répétés, des victoires illusoires les leçons qui s’imposent.
Cette fois, la catastrophe, l’horrible « fitna », a été évitée de justesse. Une occasion inespérée se présente pour recoller les morceaux, pour bâtir l’avenir sur de nouvelles bases. Prenons le Hezbollah au mot : un État pour tous, une participation de tous au pouvoir, un dialogue ultérieur sur les armes de la Résistance, ces armes dussent-elles être préservées pour garantir, précisément, la pérennité de l’État face aux agressions externes.
Mais, en contrepartie, plus de décision unilatérale, plus de recours aux armes sur la scène interne. C’est là où intervient le président Michel Sleimane, c’est là où le discours d’investiture, celui qui doit constituer la quintessence de la déclaration ministérielle, prend toute son importance.
Demain est un autre jour : les alliés d’hier peuvent devenir les adversaires de demain et les adversaires d’hier, les alliés de demain. Ainsi va la vie politique, ainsi se perpétue le processus démocratique.
Une parenthèse s’impose à ce stade de la réflexion : Hassan Nasrallah, dans son dernier discours, s’est lourdement trompé sur un point essentiel : victorieuses après toute libération, les Résistances ne prennent pas nécessairement le pouvoir ; au contraire, elles s’intègrent aux institutions officielles et participent à la réhabilitation de l’État de droit. Là où la Résistance arrache le pouvoir et se l’approprie, c’est la dictature qui s’installe, ou à défaut, un régime autoritaire bien éloigné des principes démocratiques. La Résistance, en y perdant sa raison d’être, y perd aussi son âme.
Au Liban, pays de communautés minoritaires, toute tentative de ce genre signifierait des guerres civiles sans fin. « Estimez-vous heureux que je ne l’aie pas fait », avait l’air de dire Hassan Nasrallah. C’est là où il s’est gouré. Cela ne peut, tout simplement, pas se faire, et c’est la raison pour laquelle le Liban ne tombera jamais dans « l’unilatéralité » ou le totalitarisme. Son destin est et restera la lutte incessante pour la primauté de l’État de droit.
Un président depuis une semaine, un gouvernement dans les jours qui viennent, des élections législatives dans un an : les institutions sortent enfin de leur léthargie forcée, ne boudons pas la bonne nouvelle !
« Étonnant pays, si paradoxal, si proche de notre cœur, où du meilleur sort souvent le pire, et aussi, parfois, du pire surgit le meilleur. » Ainsi concluait sa chronique un ami du Liban, Jacques Julliard, dans le dernier numéro du Nouvel Observateur.
Réussirons-nous, un jour, à faire en sorte que du pire surgisse toujours le meilleur ?

Nagib Aoun


Laisser un commentaire »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

About author

En créant ce blog, L'Orient Le Jour entend donner aux jeunes Libanais la possibilité de s'exprimer pour qu'ils forment une communauté vivante, par-delà les différences. Car être citoyen, c'est être actif. La jeunesse libanaise a le droit et le devoir de féliciter et de critiquer ses semblables. Par leur sens critique, les jeunes ont la possibilité de jeter les fondations du Liban de demain, pour que le progrès ne soit pas qu' "un beau rève", comme l'imaginait Samir Kassir. La jeunesse, par l'interm�diaire du blog L'Orient Le Jour, dispose ainsi d'un moyen propre à la discussion sur les sujets de l'actualité libanaise ou, plus généralement, sur tout th�me qui lui tient à cour. L'Orient Le Jour devient ainsi accessible aux lecteurs de la jeune génération. Ces derniers pourront interagir avec la rédaction du journal et l'inviter à traiter les sujets qui l'intéressent. Les jeunes disposent par-là, de l'opportunité de contribuer à l'élaboration du quotidien et de briser le mur qui les sépare. Les jeunes pourront ainsi : - Poster leurs articles sur le blog L'Orient Le Jour - Envoyer leurs photos pour les mettre en ligne D'autre part, seront organisés : - Des débats hebdomadaires dont le thème sera diffusé sur le site Internet du journal Veuillez envoyer vos articles, photos et commentaires à : lorientlejour@gmail.com Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue sur votre page...

Recherche

Navigation

Catégories :

Links:

Archives:

Feeds

%d blogueurs aiment cette page :