L'Orient - Le Jour du tac au tac

L’opinion d’un israelien sur l’offensive sur Gaza

6 janvier 2009
Un commentaire

« Only » a person killed here or there, some badly injured. I myself often had a bad conscience when I encouraged that policy of restraint. Here I was living in safe Jerusalem abandoning the population in the south to their fate for years. These were not settlers in the occupied areas with whom I have little sympathy. These were Israelis like me.


« Quoi de neuf docteur? » Bugs Bunny

Que ce soit pour Michel Aoun ou bien pour n’importe qui d’autre, il me parait essentiel de définir d’abord le but ultime de la confrontation politique et aussi la limite des moyens que l’on compte mettre en jeu.
D’abord, de combien de « Libans »parle-t-on ?
Si l’on se réduit a compter en fonction des confessions, de leurs « acquis » et de de leurs « perdus », il est évident que la tâche se révèle impossible.

Le passé de ce pays et l’expérience faite a travers les différents régimes nous met devant ces faits flagrants:
1- Il est impossible pour une communauté ou un « bord » de l’emporter sur l’autre définitivement d’où le rejet d’une énième confrontation militaire interne.
2- L’opposition politique à n’importe quel pouvoir en place devrait avoir des limites. Celle de toute démocratie, et qui consiste a stopper la lutte si celle-ci se révèle stérile et dangereuse pour la survie, culturelle, économique et sociale du peuple.

Refuser ces règles de base revient a refuser l’existence et le sauvetage d’un Liban et pousse à la création de plusieurs Libans. C’est aujourd’hui le cas, hélas :

L’opposition a eu recours à des procédés handicapant totalement les institutions et le kidnapping de l’Etat s’est fait surtout au détriment de la population de tous bords. Le Liban n’existe plus comme état. Son idee est heureusement présente dans nos cœurs, mais la raison des moutons suivants leurs leaders n’abrite plus de projet réel pour ce pays.

Etant moi-même maronite de naissance, je rêve d’un pays gouverné par des gens capables, tolérants et polis, cultivés. Que ce soit des martiens ou des gnous n’a pas d’importance. Le mérite étant pour moi le seul critère. Hélas c’est aujourd’hui trop demander et mes compatriotes trop peureux d’essayer.

Le Hezbollah a réussi à imposer son etat. Tant mieux, qu’on lui le cède!
Cela peut passer pour une hérésie mais mes propos illustrent ce qui se passe sur le terrain sans avoir de nom.
Loin d’adhérer a l’idéologie et au méthodes du parti en question, je dis seulement qu’il dispose d’une base populaire incontournable et les faits aujourd’hui sont autres que part le passé.
A moins d’un renversement d’alliances régionales ou d’un bouleversement géo-stratégique majeur, je vous informe, que vous le vouliez ou non qu’il va falloir composer. Voilà, c’est dit.
Mais attention pas n’importe comment, ni à n’importe quel prix! Pour accepter cet état des choses il va falloir que l’autre bloc bénéficie aussi de ce genre
de pouvoir. J’appelle à une conférence internationale sur le sujet.

C’est bel et bien d’une décentralisation à l’extrême de tout les pouvoirs dont il s’agit.
Aujourd’hui le Hezbollah a pris l’initiative, continuons sur sa route. Il a ses: écoles, hôpitaux, routes, armes etc…
Alors que l’on réecrive une nouvelle Constitution puisque celle-ci est pourrie, tellement elle a été « reinterprêtée » en fonction des saisons et
fondons ensemble un nouvel état englobant tout le monde et consacrons enfin ce qui se fait en réellement sur le terrain.

« Les lois sont faites pour les hommes et pas les hommes pour les lois ». Or la loi suprême (la Constitution) ne devrait-elle pas etre revue et adaptee a la réalite des Libans du 21ieme siecle?

Je suis pour une decentralisation administrative et politique. Essayons…ou bien lancons le débat, on ne sait jamais et laissons chacun là où il est , faire ce qu’il veut.

Ce sont des idées lancées de maniere impulsive et brouillon, mais elles ont le mérite de lancer un autre débat et a un autre niveau. Je suis sûr que les professionels du sujet de tout bord feraient bien de donner leur avis. Les avantages et les inconvénients d’une telle proposition. Ca ne changera pas de Amr Moussa and Co…

Laissons la jeune generation s’exprimer, nous avons aussi le droit a l’essai et a l’erreur. Les leaders actuels sont l’exemple flagrant de cela.

Laissez-nous parler!! Et pour une fois essayez d’écouter pas juste d’entendre.

Un jeune débordé


La découverte de L’Orient – Le Jour

22 mars 2008
3 commentaires
C’était une vraie découverte et expérience pour nous, étudiants en journalisme à l’Université libanaise, cette visite des locaux de l’Orient le jour, ce Mardi 20 mars. Depuis le temps que ce quotidien accompagne notre café du matin, il faisait finalement parti de notre vie. Tous ces noms de journalistes « Lelia Mezher, Ziad Makhoul, Nada Merhi, Mahmoud Harb, Anne-Marie El Hajj….. » qui nous offraient leurs talents et leurs connaissances, n’étaient que des noms sans visage. Ce jour-là nous avons enfin pu les rencontrer et partager leur expérience journalistique.
Les locaux n’impressionent pas vraiment. Trop petits et trop chauds, ils n’aident pas beaucoup à l’inspiration. Mais l’expérience tirée de ces deux heures de visite, valait la peine de souffrir un peu. Avec beaucoup de patience, le chef de service, le rédacteur en chef Nagib Aoun, les journalistes, les maquettistes et tout le staff nous ont patiemment expliqué la naissance de ce quotidien et son long parcours. Une vraie course contre la montre, depuis l’évènement sur le terrain jusqu’a sa parution dans les pages. ..des morceaux de puzzle qui prennent finalement forme vers…….2h du matin!!! Oups
La conclusion que nous avons pu tirer ce jour là : Il faut être vraiment accroc de journalisme et adorer ce métier pour supporter le stress et l’incroyable horaire que vit l’équipe d’un journal depuis sa conception jusqu’a sa parution…le matin avec notre café quotidien.
A tous ces journalistes, merci de leur accueil ce jour là…et merci de nous avoir permis de mieux connaitre le stress qui nous attend dans notre futur métier.

Lamia Darouni

Positive spirit in Beirut

nick warren

Nick Warren, an international DJ came to Beirut last saturday for an outstanding night at Biel were thousands of people gathered for a great party. Roger Saad, MixFm’s director said at this occasion that « the party started at 10, till 7 am.. the place was full by 1 am , and the event was a sold out.
Nick played his best set ever, the set up was very original, creative and sophisticated ».
Mix FM organized and produced the event. B018 handled the VIP and Bars.
Mr Saad added:  » The Lebanese finally lived again some happy times , that’s what’s great about such events, the Lebanese put their troubles and differences aside and partied all together in the most positive spirit ».