L'Orient - Le Jour du tac au tac

« Quoi de neuf docteur? » Bugs Bunny

Que ce soit pour Michel Aoun ou bien pour n’importe qui d’autre, il me parait essentiel de définir d’abord le but ultime de la confrontation politique et aussi la limite des moyens que l’on compte mettre en jeu.
D’abord, de combien de « Libans »parle-t-on ?
Si l’on se réduit a compter en fonction des confessions, de leurs « acquis » et de de leurs « perdus », il est évident que la tâche se révèle impossible.

Le passé de ce pays et l’expérience faite a travers les différents régimes nous met devant ces faits flagrants:
1- Il est impossible pour une communauté ou un « bord » de l’emporter sur l’autre définitivement d’où le rejet d’une énième confrontation militaire interne.
2- L’opposition politique à n’importe quel pouvoir en place devrait avoir des limites. Celle de toute démocratie, et qui consiste a stopper la lutte si celle-ci se révèle stérile et dangereuse pour la survie, culturelle, économique et sociale du peuple.

Refuser ces règles de base revient a refuser l’existence et le sauvetage d’un Liban et pousse à la création de plusieurs Libans. C’est aujourd’hui le cas, hélas :

L’opposition a eu recours à des procédés handicapant totalement les institutions et le kidnapping de l’Etat s’est fait surtout au détriment de la population de tous bords. Le Liban n’existe plus comme état. Son idee est heureusement présente dans nos cœurs, mais la raison des moutons suivants leurs leaders n’abrite plus de projet réel pour ce pays.

Etant moi-même maronite de naissance, je rêve d’un pays gouverné par des gens capables, tolérants et polis, cultivés. Que ce soit des martiens ou des gnous n’a pas d’importance. Le mérite étant pour moi le seul critère. Hélas c’est aujourd’hui trop demander et mes compatriotes trop peureux d’essayer.

Le Hezbollah a réussi à imposer son etat. Tant mieux, qu’on lui le cède!
Cela peut passer pour une hérésie mais mes propos illustrent ce qui se passe sur le terrain sans avoir de nom.
Loin d’adhérer a l’idéologie et au méthodes du parti en question, je dis seulement qu’il dispose d’une base populaire incontournable et les faits aujourd’hui sont autres que part le passé.
A moins d’un renversement d’alliances régionales ou d’un bouleversement géo-stratégique majeur, je vous informe, que vous le vouliez ou non qu’il va falloir composer. Voilà, c’est dit.
Mais attention pas n’importe comment, ni à n’importe quel prix! Pour accepter cet état des choses il va falloir que l’autre bloc bénéficie aussi de ce genre
de pouvoir. J’appelle à une conférence internationale sur le sujet.

C’est bel et bien d’une décentralisation à l’extrême de tout les pouvoirs dont il s’agit.
Aujourd’hui le Hezbollah a pris l’initiative, continuons sur sa route. Il a ses: écoles, hôpitaux, routes, armes etc…
Alors que l’on réecrive une nouvelle Constitution puisque celle-ci est pourrie, tellement elle a été « reinterprêtée » en fonction des saisons et
fondons ensemble un nouvel état englobant tout le monde et consacrons enfin ce qui se fait en réellement sur le terrain.

« Les lois sont faites pour les hommes et pas les hommes pour les lois ». Or la loi suprême (la Constitution) ne devrait-elle pas etre revue et adaptee a la réalite des Libans du 21ieme siecle?

Je suis pour une decentralisation administrative et politique. Essayons…ou bien lancons le débat, on ne sait jamais et laissons chacun là où il est , faire ce qu’il veut.

Ce sont des idées lancées de maniere impulsive et brouillon, mais elles ont le mérite de lancer un autre débat et a un autre niveau. Je suis sûr que les professionels du sujet de tout bord feraient bien de donner leur avis. Les avantages et les inconvénients d’une telle proposition. Ca ne changera pas de Amr Moussa and Co…

Laissons la jeune generation s’exprimer, nous avons aussi le droit a l’essai et a l’erreur. Les leaders actuels sont l’exemple flagrant de cela.

Laissez-nous parler!! Et pour une fois essayez d’écouter pas juste d’entendre.

Un jeune débordé

Publicités

« It is time for all to women unite« 

Extracts from an interview of May Menassa, journalist at An-Nahar, on OTV, on March, 5, 2008

 Interviewer: « How do you view the role of women in politics? »
    

« Women Should Say, First and Foremost, That We Need a Secular Country »

May Menassa: « We do not need women in the political world, as long as politics are not useful in any way. Many women work in clinics, many work for charities, but they constitute the silent element in society. We want to hear [their] voices louder than [those of] all those loudmouths on TV talk shows, who draw the people around them, so they can say that it is all about them.
  
« We need women to raise their voices, not just to work in clinics, in the Red Cross, and so on. The Red Cross is very important, this quiet resistance is very important, but today the time has come for women to speak their mind.
  
« Women should say, first and foremost, that we need a secular country. We don’t need a sectarian country. We are fed up with sectarianism. We’ve seen where sectarianism has got us. Other countries perceived us as weak, when they saw that each of us clings to his religion and fights for it. »
 
  
Mothers Do Not Give Birth So That Their Children Will Be Sent to Die, But So That They Will Live

« It is time for all to women unite – Shi’ite, Sunnis, Maronites, and Druze. They should leave their sects behind, leave them for the politicians, and become educated and secular women, who work towards shaping this unique country – a country that does not send its children to war, because, as I’ve said, mothers do not give birth so that their children will be sent to die, but so that they will live. »


About author

En créant ce blog, L'Orient Le Jour entend donner aux jeunes Libanais la possibilité de s'exprimer pour qu'ils forment une communauté vivante, par-delà les différences. Car être citoyen, c'est être actif. La jeunesse libanaise a le droit et le devoir de féliciter et de critiquer ses semblables. Par leur sens critique, les jeunes ont la possibilité de jeter les fondations du Liban de demain, pour que le progrès ne soit pas qu' "un beau rève", comme l'imaginait Samir Kassir. La jeunesse, par l'interm�diaire du blog L'Orient Le Jour, dispose ainsi d'un moyen propre à la discussion sur les sujets de l'actualité libanaise ou, plus généralement, sur tout th�me qui lui tient à cour. L'Orient Le Jour devient ainsi accessible aux lecteurs de la jeune génération. Ces derniers pourront interagir avec la rédaction du journal et l'inviter à traiter les sujets qui l'intéressent. Les jeunes disposent par-là, de l'opportunité de contribuer à l'élaboration du quotidien et de briser le mur qui les sépare. Les jeunes pourront ainsi : - Poster leurs articles sur le blog L'Orient Le Jour - Envoyer leurs photos pour les mettre en ligne D'autre part, seront organisés : - Des débats hebdomadaires dont le thème sera diffusé sur le site Internet du journal Veuillez envoyer vos articles, photos et commentaires à : lorientlejour@gmail.com Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue sur votre page...

Recherche

Navigation

Catégories :

Links:

Archives:

Feeds