L'Orient - Le Jour du tac au tac

Lebanon army denies new rocket fired at Israel

BEIRUT, Jan 8 (Reuters) – The Lebanese army denied that a new rocket had been fired from southern Lebanon into Israel on Thursday.

A Lebanese army source said it was a sonic boom. The Israeli military also said the sound may have been a sonic boom from an aircraft.


SNAP ANALYSIS-Rockets from Lebanon challenge Gaza offensive

JERUSALEM, Jan 8 (Reuters) – A rocket attack on northern Israel on Thursday appeared to be a response by Palestinian guerrillas in Lebanon to the Israeli offensive in the Gaza Strip, according to assessments on both sides of the frontier.
At least three rockets were fired, wounding two people. Israel struck back with what its army described as pinpoint artillery fire at the source of the attack — a limited military response that seemed to signal a desire to avoid escalation.There were no immediate reports of casualties in Lebanon.

* Lebanese security sources said they felt it was unlikely Lebanon’s Hezbollah guerrillas, against whom Israel waged a 2006 war, carried out the rocket strike. Israeli military affairs commentators said Hezbollah, which fired some 4,000 rockets into Israel in that conflict, had no interest in heating up the border and drawing punishing Israeli air strikes.

* Hamas sources in Lebanon denied involvement. Israeli commentators pointed a finger at Palestinian guerrilla groups in Lebanon, saying Israel had been expecting them to respond to the 13-day-old offensive that has killed more than 600 of their brethren in the Gaza Strip. Last week, the leader of the Damascus-based Popular Front for the Liberation of Palestine-General Command, Ahmed Jibril, threatened to open a new front on Israel.

* »We took into account there would be an attempt by Palestinian groups to express solidarity, » Israeli cabinet minister Shalom Simchon said after the rocket attack.

* « It appears this small flame has been extinguished, » Roni Daniel, military affairs correspondent for Israel’s Channel Two television reported after the northern border went quiet again following the rocket salvo and Israel’s shelling.

(Writing by Jeffrey Heller, Editing by Dominic Evans)

© Thomson Reuters 2009 All rights reserved.

addImpression(« 1390732_Share Links »);

What do you tell your daughter?…

Texte ecrit par une blogeuse de Gaza, Laila, le 7 janvier 2009. Elle se presente elle-meme sur son blog A Mother from Gaza, Raising Yousuf and Noor

« I am a Palestinian from Gaza. I am a Muslim. I am a journalist. I am a mother. This blog is about the trials of raising my children between spaces and identities-Gaza, the US, Lebanon, Haifa, while working as a journalist ».

Another day, another massacre, more diplomatic deliberation, more silence, more complicity.

The invasion on Gaza has been mentally exhausting. I have tried my best to overcome this feeling of impotence by channeling the energy to action- though we may be powerless to change a government’s heinous actions on our own, together our voices rise far above, farther than we can ever imagine.

Last night we capped of our night with the latest hour of coverage on Aljazeera English, which was reporting on how the UN had made shelters out of its schools for those internally displaced.

« I am getting a bad feeling about this- I wouldn’t be surprised if this shelter was bombed » I told Yassine.

We woke up in the morning to the heart-rending news, as I rushed to make Noor’s pediatrician appointment on time, my mind not quite here.

I then appeared on Canadian Broadcasting live with my father.

« Is there anything you’d like to tell your daughter? » the anchor concluded by asking.

« What do I tell her? I honestly don’t know if I’ll live from one hour to the next, » my father replied. « She keeps asking me to describe the casualties for her that I’m seeing; but I can’t. What should I tell her? That I’ve seen bodies with my own eyes reduced to nothing more than pieces of black flesh? »

My father went on to describe accounts of Palestinians being used as human shields-by the Israelis. The Israeli military has been forcing families out of their homes and making them scope out buildings and rooms for the army to enter and for their snipers to nest in. It is a practice they have used before-in Rafah, where i personally reported on it during Operation Rainbow in 2004, in Jenin, and in Nablus in 2007 (where a young girl and boy were abused) . Btselem has said that « Israeli soldiers routinely used Palestinian civilians as human shields by forcing them to carry out life-threatening military tasks », despite an Israeli High Court Order prohibiting the practice.

He went on to speak of the massacre at the UN school turned shelter, which had just occurred, reminding people that these same Palestinians in may cases by the Israeli army to leave their homes through robocalls and other forms of intimidation; then bombed in the only safe place they could find.

I asked if he had gone out at all- he said my mother has not left the house in days, but that they needed some tomatoes to cook supper with. « the stores are empty-there is very little on the shelves; and the Shanti bakery had something like 300 people waiting in line. »

Surprisingly, he said people are trying to go on with their lives. It is the mundane and ordinary that often save your sanity, help you live through the terror. It is no small thing to endure: knowing that both in deliberateness and scope, it is an unprecedented modern-day assault against an occupied, stateless people-most of them refugees.

How many more massacres until the human consciousness awakens?

Pour empêcher la montée aux extrêmes (extraits)

Carl von Clausewitz. Le général prussien est surtout connu pour son essai intitulé De la guerre, mais l’anthropologue René Girard lui a consacré, l’an dernier, un ouvrage extraordinaire intitulé Achever Clausewitz.
Selon Clausewitz, la guerre est un acte de violence et il n’y a pas de limite à la manifestation de la violence. Chacun des adversaires fait la loi de l’autre, d’où résulte une action réciproque qui, en tant que concept, doit aller aux extrêmes. La guerre est donc un duel, où chacun doit imiter l’autre dans la course aux extrêmes pour pouvoir établir un contrepoids à l’adversaire et tracer des limites.
René Girard reprend l’analyse de Clausewitz en développant cet aspect de course mimétique entre les deux adversaires, génératrice de la violence. Dans cette perspective, l’anthropologue français n’est pas sans entrevoir une accélération de l’histoire, due à cette volonté d’imitation à l’échelle globale qui génère la violence et n’est pas sans prévoir la fin du monde. Pour lui, Clausewitz a eu une intuition en écrivant son ouvrage à la suite des guerres napoléoniennes. Il a entrevu la fin du monde. Et, à son tour, Girard n’est pas sans mettre en garde contre la montée de la violence à tous les niveaux, que l’homme pourrait pourtant empêcher, qu’il choisit pourtant de générer, et qui pourrait précipiter la fin de l’humanité. Entre les discours eschatologiques d’Ahmadinejad sur le retour prochain du Mahdi dans le cadre de l’Armaguédon, les correspondances invisibles de George W. Bush avec Dieu, et le réchauffement climatique, on ne peut pas dire qu’il se trompe particulièrement.
Selon Clausewitz, le concept de guerre n’apparaît pas proprement dans l’attaque, car celle-ci n’a pas tant pour objectif absolu le combat que la prise de possession de quelque chose. La guerre n’apparaît qu’avec la défense, car celle-ci a pour objectif direct le combat, parer et combattre n’étant qu’une seule et même chose. C’est donc le défenseur qui a seul le pouvoir de transformer l’attaque en guerre, à travers la riposte et son ampleur. C’est lui aussi qui provoque la montée aux extrêmes en répondant à la violence par la violence, dans le cadre de cet effet mimétique mis en relief par René Girard et qui engendre le chaos.
(…) selon Clausewitz, l’action réciproque provoque et diffère à la fois la montée aux extrêmes. C’est-à-dire que la réaction du défenseur peut, par imitation de l’attaquant, entraîner les deux parties dans un cycle ininterrompu de violence, provoquer cette violence. Tout comme elle peut différer cette violence, si le défenseur décide de ne pas contre-attaquer, de réfléchir, d’étudier la situation, de temporiser.
(…) Or c’est justement ce point qui nous intéresse en particulier. Le Hezbollah est ce qu’il est : un parti guerrier, une société martiale embrigadée en fonction de slogans sectaires par un parti théocratique. Contre-attaquer, dans la logique du défenseur, et dans l’esprit mimétique, signifie faire comme le Hezbollah, devenir l’égal du Hezbollah. Dans la pratique, cela veut dire entrer dans une course effrénée, diabolique et destructrice pour acquérir le plus d’armes possible, non pas pour la dissuasion, mais pour les combats de rue, et mobiliser les masses sur des bases confessionnelles, à travers une surenchère islamiste.
Or le Courant du futur ne peut pas se laisser entraîner dans cette aventure. Il ne peut pas se lancer dans une course au mimétisme avec le Hezbollah. Il ne doit pas le faire. Entrer dans cette logique de visites des mosquées tous les vendredis ne lui permettra pas de remporter sa bataille. Au contraire, cela ne fera que précipiter le pays dans une guerre, et, au final, provoquer la destruction totale du pays du Cèdre. Si le Courant du futur choisit cette option, il ne tardera d’ailleurs pas à perdre sa fonction latente, celle qui en fait encore un espace de modération au sein de la rue sunnite. Le résultat ultime sera donc le renforcement des islamistes salafistes benladenistes, qui ne rêvent que d’une seule chose : transformer le Liban en une terre de jihad à l’image de l’ensemble du monde arabe. Le mimétisme aura donc triomphé, les salafistes du Hezb el-Tahrir et autres pourront contre-attaquer et venger l’humiliation ressentie par la rue sunnite à la prise de Beyrouth, mais il sera trop tard. Tout le monde aura perdu.
La seule véritable victoire que Saad Hariri peut remporter en tant que défenseur, face au Hezbollah, c’est d’empêcher la guerre déclenchée par le parti d’obédience iranienne, en endiguant la poussée salafiste. Comment ? Le seul moyen est de renouer avec une politique sociale et économique, loin de la mobilisation sectaire qui ne peut qu’accélérer sa propre chute. Ces visites dans les mosquées de la capitale, tous les vendredis, peuvent servir dans un premier temps, il est vrai, à absorber le choc ressenti par la rue. Mais, à long terme, le processus ne peut que s’avérer contre-productif. Il lui faudra donc renouer avec ce qui a fait la spécificité du courant haririste. Il devra, à l’image de son père, construire des écoles dans le cadre d’une infrastructure sociale, aider des jeunes à étudier en distribuant des bourses ; non pas dans un but clientéliste, mais pour combattre la tumeur extrémiste qui risque de métastaser au sein de sa communauté.
Ce n’est qu’ainsi que le Courant du futur, s’il le veut réellement, peut triompher et prendre sa revanche sur le Hezbollah : par un projet de paix et de développement centré sur la culture des institutions et de l’État, loin de la violence et des armes, en étant aux antipodes de ce qu’est le parti chiite, en menant une guerre pour triompher de la guerre, en empêchant la montée aux extrêmes.
Mais pour cela, Saad Hariri doit d’abord commencer à triompher de lui-même.

Michel Hajji-Georgiou

And the winner is…

15 juin 2008
2 commentaires


Page suivante »

About author

En créant ce blog, L'Orient Le Jour entend donner aux jeunes Libanais la possibilité de s'exprimer pour qu'ils forment une communauté vivante, par-delà les différences. Car être citoyen, c'est être actif. La jeunesse libanaise a le droit et le devoir de féliciter et de critiquer ses semblables. Par leur sens critique, les jeunes ont la possibilité de jeter les fondations du Liban de demain, pour que le progrès ne soit pas qu' "un beau rève", comme l'imaginait Samir Kassir. La jeunesse, par l'interm�diaire du blog L'Orient Le Jour, dispose ainsi d'un moyen propre à la discussion sur les sujets de l'actualité libanaise ou, plus généralement, sur tout th�me qui lui tient à cour. L'Orient Le Jour devient ainsi accessible aux lecteurs de la jeune génération. Ces derniers pourront interagir avec la rédaction du journal et l'inviter à traiter les sujets qui l'intéressent. Les jeunes disposent par-là, de l'opportunité de contribuer à l'élaboration du quotidien et de briser le mur qui les sépare. Les jeunes pourront ainsi : - Poster leurs articles sur le blog L'Orient Le Jour - Envoyer leurs photos pour les mettre en ligne D'autre part, seront organisés : - Des débats hebdomadaires dont le thème sera diffusé sur le site Internet du journal Veuillez envoyer vos articles, photos et commentaires à : lorientlejour@gmail.com Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter la bienvenue sur votre page...



Catégories :